Bouton
Retour au catalogue


Claude Donnay,
enseignant, est né à Ciney en 1958.
En 1999, il fonde la revue Bleu d’Encre, qui paraît deux fois l’an aux solstices,
et, en 2010, Bleu d’Encre Éditions pour faire connaître les poètes qu’il aime.
À ce jour, il a publié 17 recueils de poèmes et participé à plusieurs anthologies.
Il écrit aussi des nouvelles, dont certaines sont parues dans les revues Sol’Air, Nouvelle Donne ou RegART. Il a reçu le prix Emma Martin pour sa nouvelle Spartacus.
La route des cendres est son premier roman.


Claude Donnay

La route des cendres


LA ROUTE DES CENDRES

Roman, 2017

184 pages
ISBN 978-2-8070-0105-3 (livre)
978-2-8070-0106-0 (PDF) –  978-2-8070-0107-7 (ePub)
17,00 EUR

Un matin de pluie, David ferme la porte de son pavillon de banlieue et, au lieu de prendre le RER vers le dépôt pharmaceutique où il travaille, se met en route, son sac bouclé sur le dos.
Quel lourd passé fuit-il, le regard rivé sur l’horizon ? Pourquoi lui faut-il marcher vers le Nord, avec le vent et les mots de Kerouac dans la tête, et puis surtout ces images brûlantes de Serena pour lui mordre le ventre ?…
Un peu de temps, juste un peu de temps, est-ce trop demander avant que la meute se lance sur sa piste ?…




EXTRAIT

Trois heures qu’il marche. Le soleil s’est bien installé dans le ciel. La route étroite serpente dans la campagne. Il ne veut pas encore lever le pouce, arrêter une voiture et tracer vers le nord.
Il n’a plus de nom, ou alors il l’a oublié depuis longtemps. Si on le questionne, il prendra l’avis du vent. Si sa bouche souffle sur son épaule gauche, il répondra : Jack ! Si son haleine crapahute sur les haies à droite, il répondra : William !
Depuis ce matin, le vent lèche le plus souvent son flanc gauche. Il se prénomme donc Jack…
Jack sur la route, comme le pote Kerouac, le « vagabond céleste », pense à l’autre voyage, celui qu’il lui faudra entreprendre un jour prochain, celui que nous devons tous entreprendre. Ah, la gueule de Charon, la même que celle d’Albert, le vieux pompiste de la station du Chinois. Un visage tout en plis, une chiffonnade de chair burinée saupoudrée de poils blancs. Charon fume-t-il lui aussi des Boule d’Or ? Ou une pipe en écume au fourneau sculpté en tête de marin ? Pour un bien étrange capitaine…
Jack aime l’idée de partir en barque dans la brume du petit matin. Le clapotis lancinant de la perche du Passeur… Le bruit de soie froissée de l’eau sur la coque de l’embarcation. On se laisse aller, on s’abandonne, on meurt presque avant de toucher le rivage.
Ah, putain, la mort est-elle la fin du voyage ou le début de la Grande Transhumance qui ne mène nulle part qu’à elle-même ? Et Serena a-t-elle débarqué sur un rivage fleuri ? A-t-elle trouvé enfin le remède à l’angoisse qui la minait ?… Jack ferme les yeux pour éteindre la douleur à l’affût.
Adossé à un arbre, il hume des parfums qui échauffent le ventre, ramènent à la vie. Dans son sac, une bouteille de Coca zéro dort enroulée dans une serviette de bain.
Il n’aurait pas craché sur un bon vieux whisky vieilli en fût de chêne – ou même pas vieux du tout – mais la marche ne s’accommode pas de l’alcool. Et puis l’alcool, ça fait ressurgir les fantômes…






CE QU'ILS EN ONT DIT

*
La  route  des  cendres,  le  premier  roman  de  ClaudeDonnay  paraît,  pour  le grand public, le 1er mars aux éditions M.E.O., une maison d'éditions de Bruxelles. Cette route des cendres ne figure sur aucune carte et aucun GPS ne pourra vous la renseigner. L'auteur laisse donc planer le mystère, dès le titre. Le lecteur se demandera quelle est cette route des cendres et la question lui servira de fil d'Ariane.
Le roman, 18o pages de très bonne facture, raconte, en fait, l'histoire d'un homme qui, un matin, quitte son pavillon dans la région parisienne et prend la route avec son sac sur le dos. Il marche vers le nord, c'est tout ce qu'on sait. Au fur et à mesure qu'il avance, on apprend bribe par bribe l'histoire de Serena et… avec Serena. Il a décidé de s'appeler William-Jack, en référence aux écrivains américains de la Beat Generation, Jack Kerouac et William Burroughs, qui ont voyagé à travers les États-Unis à la fin des années 50. William-Jack donne le sentiment d'être suivi par un policier, mais on ne sait trop si c'est le cas ou si cela se passe dans sa tête seulement. Il fait différentes rencontres sur la route. Ce n'est qu'à la fin que le lecteur comprendra la raison de ce road movie.

Michel MOTTE, L’Avenir.




*
Le premier roman de Claude Donnay (1958) – auteur par ailleurs d’une quinzaine de livres de poèmes – s’apparente à un road movie qui doit beaucoup à la « route » de Kerouac et à la littérature d’errance de la beat generation.
Le personnage central, David, décidé, dès qu’il prend la route, à s’appeler William Jack, entreprend de rejoindre le Nord, prêt à tout quitter, chargé de son sac à dos. De France à la Hollande, le vagabond marche, fait du stop, se donne quelques rencontres, et tout en voyageant, rappelle le souvenir de Serena, qu’il a aimée, qui l’a trompé avec Jasper, et dont le lecteur connaîtra le vrai destin. Cette femme était malade, souffrait d’anorexie et David a décidé de se séparer d’elle.
Le roman – qui cite souvent ses  références, London, Kerouac, Burroughs, propose un parcours atypique, saisi psychologiquement dans toutes ses nuances. L’antihéros est en quête de lui-même, de sa vie, et en même temps responsable d’une mission qu’il se doit de réussir.
Les paysages et les êtres défilent, les scènes se densifient, et la rencontre sur une péniche d’un couple homosexuel de mariniers est une amorce d’apaisement, tout au bout de l’errance.
Donnay donne poids et vérité à son personnage – qui se croit poursuivi par un inspecteur, Tavianucci, - sorte de réincarnation d’un vagabond céleste, sans attaches, rompant les amarres.
Premier roman, bien écrit, bien observé, au rythme subtil de scènes passées et présentes. La construction en quarante-trois chapitres, alternant les scènes avec Serena et celles de l’errance, offre suffisamment de légèreté pour ménager au lecteur quelques surprises, qui ne soient pas uniquement d’ordre policier.
On retrouve, avec intérêt, les thèmes que Donnay poète traite : celui de la nature, de la passion amoureuse , de la quête personnelle.
Une belle réussite.

Philippe LEUCKX, AREAW.


*
À bientôt quarante ans, David Guesdon franchit la barrière de bois de son domicile sans se retourner. Mais, contrairement aux autres jours, il ne se rend pas à la gare de Bobigny pour aller au boulot ; il enjambe les rails pour se diriger vers la Nationale et faire du stop. Que fuit David qui prend comme avatar William Jack, formé des prénoms des écrivains emblématiques de la Beat generation? Et qu’emporte-t-il dans son sac qui lui casse le dos ?
En se dirigeant vers le Nord, un peu à la façon du McCandless d’Into the wild (vers le blanc, le froid, l’effacement, le recouvrement du passé
?) à pied, en voiture et même en péniche, jusqu’aux Pays Bas en traversant la Belgique, il va faire des rencontres remarquables (surtout des femmes, ces « inconnues au regard qui encensent ta journée ») qui seront autant de stations dans sa fuite en avant et sa marche du souvenir. Car il se remémore Séréna, la femme qu’il a laissée et sans doute assassinée après cinq ans de vie commune, en des fragments qui composent un portrait attachant d’une femme insaisissable qui se sentait mal aimée. En la racontant, il dévoile aussi bien des pans de son enfance auprès d’une mère qui lui a toujours préféré son frère et l’a programmé à devenir un handicapé du cœur, un fuyard de ses propres sentiments...
Autant William Jack est avide de moments de vive émotion sensorielle « où l’on se sent vraiment vivant », autant on le sent incapable de se donner entièrement et exclusivement à un être, délaissant en permanence le sujet de son affection pour une quête impossible, préférant la perfection du rêve à l’imparfait du réel. David Guesdon possède une mentalité de voyeur même si celle-ci n’exclut pas des plongées dans la pure sensualité mais des immersions ponctuelles qui ne modifient pas en profondeur sa structure mentale et affective.
« William Jack ne s’aime pas, mais le plus grave, il le sait maintenant, c’est qu’il ne peut aimer vraiment. Cette faille, ce vertige, ce vide qui sourd de lui, Séréna l’a perçu avec sa sensibilité de femme rompue à toutes les fragilités, à toutes les délicatesses.  » Plus loin, on lit que « Séréna en avait pris conscience très tôt et ce que William Jack prenait pour une froideur de son être n’était qu’une protection contre le sentiment que William Jack ne pourrait véritablement l’aimer. »
Jan et Dries, un couple de Hollandais qui l’embarquent sur leur péniche descendant vers Rotterdam, représentent  pour l’homme rompu, le vagabond céleste qu’est David/William, le couple rêvé, rassurant, qui respire la complicité amoureuse.
Un roman juste et beau (à l’image du titre et du final) écrit dans une langue fluide qui fait le partage entre le récit et des moments de pure poésie. Le genre du road-trip, parfaitement maîtrisé, est le prétexte à relater une cavale, reflet d'une fuite intérieure, mais aussi à raconter un amour impossible et qui puise dans la conscience de cette impossibilité sa grandeur. La route des cendres est aussi bien (parmi d’autres interprétations) un roman sur la lumière qui éblouit sans nourrir et l’attente de l’ombre, sur l’impossible enracinement et la vanité du voyage, sur la difficulté à vivre ici et maintenant en regard du bleu rêvé du ciel et de l’amour des femmes…

Éric ALLARD, blog  "Les Belles Phrases
"


*
Partir et tout quitter. Voilà le choix que David vient de poser en refusant d’emprunter le R.E.R. et en allant à l’aventure avec son sac à dos. Est-il en train de fuir un passé qui le tenaille ou un danger encore plus pressant ? Il marche à travers une nature sauvage, le regard tendu vers l’horizon. Quel lourd secret porte-t-il en lui ? Un noeud épais comme un poing l’empêche de respirer et de vivre pleinement. Le temps se roule en boule tel un chat ou un serpent qui se mord la queue. Son ventre est serré et son esprit ne cesse de songer à Selena, un visage qui surgit incessamment alors qu’il aimerait le rayer.
Claude Donnay vit aujourd’hui à Dinant et est féru de poésie. Créateur des éditions Bleu d’Encre, il a à ce jour rédigé dix-sept recueils de poèmes et a participé à de nombreuses anthologies. En abordant l’univers du roman, il change de registre et aborde un récit sur la longueur, permettant aux idées de se développer amplement et de décrire le mental du protagoniste, lui-même nourri de beaux textes littéraires. Evidemment, un roman écrit par un poète se singularise par une écriture peufinée et des images volontairement métaphoriques. Quête de soi, recherche de valeurs loin du ronron, reprise de son existence qu’on refuse de laisser moisir sous un meuble et bouillonnement interne, voilà les boussoles qui permettent de se mettre en mouvement !

Daniel BASTIÉ, Bruxelles Culture.



*
William Jack est sur la route avec une urne de cendres dans ses bagages.
David Guesdon se met en route vers le Nord. Une fuite pour réaliser son destin. Sa vie vient de basculer. Serena, l'amour de sa vie, vient de mourir. Une mort pas naturelle. Leur vie n'a pu s'épanouir. Elle s'est fânée peu à peu ; anorexie d'un côté, jalousie d'un autre. David Guesdon se métamorphose en William Jack, au fil des jours de sa cavale. Sur le chemin, de nouvelles rencontres échelonnent le quotidien mais aussi le souvenir d'une vie où le bonheur ne s'écrit pas à chaque page.
Claude Donnay a la plume poétique. Cela se ressent dans son écriture romanesque, au plus grand plaisir du lecteur. Cet écrivain est sublime dans ses descriptions de la nature. Il la ressent viscéralement et la transmet en des termes imagés qui épanouissent le lecteur.

Didier D'HHALLUIN, Babelio.







Bouton
Retour au catalogue