Bouton
Retour au catalogue

Licencié en littérature de l'université de Sarajevo,
Admiral Mahić,
né à Banja Luka (Bosnie-Herzégovine)
a beaucoup voyagé, travaillé comme pêcheur en Islande, marin sur différents bateaux, bûcheron en Finlande...
Il a aussi été journaliste culturel.
Durant la guerre, il a travaillé pour l’association « Peace in Sarajevo » et a organisé les programmes littéraires « Theatre for Young people ». Il a quitté Sarajevo en 1994 grâce à une accréditation de presse pour l’Italie. Sur invitation du « Gruppe Olten », il est allé en Suisse où il a essayé de fonder une association culturelle Suisse-Bosnie-Herzégovine. Invité par des écrivains, il a séjourné en Allemagne, Belgique, France, Autriche, Croatie et Espagne (hôte du Pen-Club de Galicie). En septembre 1995, il a été invité à Toronto dans le cadre du programme « Ecrivains en exil » sponsorisé par le Massey College, l’Université de Toronto, le Pen-Club du Canada et Christopher Ondaatje.
Il est ensuite retourné à Sarajevo où il survit tant bien que mal de sa plume et de sa bohême, refusant les compromissions imposées aux artistes par les pouvoirs politiques successifs.
Sa popularité, ses prestations extaordinaires de lecture de ses textes, fait de lui l’invité des nombreux festivals de poésie dans les pays issus de l’ex-Yougoslavie. Il a été l’hôte de l’Heinrich Böll-Haus de Cologne ainsi que de l’Internationales Haus der Autoren de Graz, sur invitation du Kulturkontakt Austria.
Il vient d’être l’hôte remarqué du 5° Festival International Wallonie-Bruxelles à Namur, en juin 2008.

admiral


gardons la tête froide
Tableau de couverture :
© Monique Thomassettie
"Révolte"




Gardons la tête froide !

poèmes, 2008.

Titre original : Treba biti priseban, Mode Est-Ouest, Zenica, 2004.
102 pages. 13,00 EUR
ISBN 2-930333-22-9.

Titre original : "Treba biti priseban"
Traduit du bosniaque par
Tomislav Dretar et Gérard Adam.


Extrait

À toutes les villes de pierre il dit :
Je dois mettre en ordre ma vie
Au grand large vert d'or il chante :
Je dois mettre en ordre ma vie
Aux maçons de Bosnie lui offrant la vodka :
Mettre en ordre ma vie
À la patronne de restaurant, qu'il aime
Dans l'esquif de rubis, il stridule
Comme le mistral : Ma Vie
À la poésie, toujours plus chère étrangère,
Qui le préserve de la fureur,
Dans le cercueil, il chuchote : la Mienne!


Ce qu'ils en ont dit

« Une certaine réalité poétique »

Admiral Mahic est un poète bosniaque, une plume reconnue par ses pairs.
Licencié en littérature de l'Université de Sarajevo, il a rédigé les poèmes qui composent le présent recueil dans les années qui marquent la fin de la Yougoslavie, les années de guerre. D'abord à Sarajevo, ensuite pendant ces longs mois d'exil lors lesquels il a vu s'effondrer une patrie, un pays, une culture et un pan d'humanité.
Il va sans dire que de tels événements marquent profondément un homme et son oeuvre. Tout au long des textes poétique de Admiral Mahic, on sent un profond questionnement sur le comment du pourquoi. Mahic pointe du doigt toute l'absurdité de cette histoire sans nom que trop de gens ont contemplée passivement. Avec une langue chatoyante non dénuée de musicalité, un vocabulaire riche et coloré, il dépeint les villes et les villages, la vie quotidienne ou encore les relations humaines.
Mahic est un écorché. Cela peut se traduire par divers excès dans sa vie privée; cela passe aussi par une luxuriance de langage et de symbolisme dans sa poésie.
Ce qui m'a frappée dans ses textes, c'est avant tout cette impression de familiarité, de grande sensibilité par rapport aux sujets qu'il évoque. Il y a certes la rhétorique poétique, le respect d'une certaine structure, mais surtout ce sentiment de livrer une partie de soi, de se donner par morceaux pour mieux emmener le lecteur dans une promenade sur les chemins de la mémoire, du passé mais aussi du futur.

Sahkti (Zazieweb.fr et critiqueslibres.com)



Bouton
Retour au catalogue