Bouton
Retour au catalogue


Auteure de plus de cinquante œuvres dont plusieurs ont été primées,
Évelyne Wilwerth
vit passionnément son métier d’écrivaine, réalisation de son rêve d’enfant.
Elle s’aventure dans tous les genres littéraires, le roman, la nouvelle, le théâtre, l’essai biographique…
Elle adore aussi allumer la créativité des autres dans ses ateliers d’écriture.


Évelyne Wilwerth

Tignasse étoile


TIGNASSE ÉTOILE

Roman, 2019
168 pages
ISBN : 978-2-8070-0185-5 (livre) –  978-2-8070-0186-2 (PDF) –  978-2-8070-0187-9 (ePub)
16,00 EUR

« Jacinthe. Joli prénom que je déteste car j’ai des yeux brun fleur fanée. Par contre, j’adore ma tignasse. C’est elle qui m’entraîne dans des dessins de plus en plus fous. Alors j’oublie ma mère qui m’est presque étrangère, que j’appelle meman. Ou mèman. Et ce père, merveilleux à 75%. J’oublie aussi ce nuage infernal au-dessus de ma tête : le secret que me cachent mes parents. »
Nous plongeons dans sa vie, de ses huit ans à ses vingt-cinq ans. Avec son tempérament de feu, ses défis, crises, délires, révoltes, prises de risques. Mais aussi son humour ! On l’accompagne dans sa quête de la vérité. Et la construction de sa vie d’artiste
Un 'ouvrage qui brasse des thèmes très contemporains.






Extrait


Pas envie d’aller à l’école. Vraiment pas. Alors je crache sur le miroir.
Et ça provoque du scribouillage sur mon nez.
Puis sur ma bouche.
Je commence à m’amuser.
Je deviens une sorcière. Au moins une demi.
Qui crache plus fort encore.
Crac, sur mes cheveux.
Maman, elle les appelle « ta brousse ». « Ta forêt infernale ».
C’est vrai. Avec plein d’arbres, de branches, de feuilles, de nœuds et de nids. Tout cela emmêlé.
Maman m’appelle « sorcière ». Quand elle dit ce mot, sa langue siffle comme un serpent.
Papa, il me chuchote parfois « tignasse ». Mais ses yeux pétillent.
Donc pas d’école aujourd’hui.
Et je vais m’offrir une magnifique connerie !

Je quitte le miroir. J’entre dans la cuisine. Le frigo ronronne comme un chat idiot. J’ouvre sa porte, j’empoigne la bombe et je file dans ma salle de bain.
Miroir. J’enlève le couvercle, je pousse sur le bouton et… un gros nuage blanc ! « Sfiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ».
Plein de crème fraîche sur mes cheveux.
J’appuie encore plus fort : pschiiiitttttttttttttttttt dans toute la maison.
J’ai fermé les yeux.
Ça sent fameusement le sucre. Trop. J’éternue.
Miroir. Je suis la sorcière la plus belle de la terre.




Ce qu'ils en ont dit

*






Bouton
Retour au catalogue