Bouton
Retour au catalogue


Né à Carmaux (Tarn) en 1944, de parents polonais,
Lew Bogdan
a fait des études théâtrales à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre puis à l’Institut d'Études Théâtrales de la Sorbonne, en parallèle avec des études d’ethnologie et de sociologie et des études musicales de violon et composition.
Homme de théâtre, il a été responsable de projets culturels avec l’Afrique pour la France et l’Unesco avant de diriger le Festival Mondial du Théâtre fondé par Jack Lang. Il a été Directeur artistique du Schauspielhaus de Bochum, Intendant général des Théâtres de Nuremberg, puis Directeur général du Phénix de Valenciennes. Fondateur de l’Institut Européen de l’Acteur, il est actif dans l’enseignement de l’art de l’acteur dans plusieurs pays européens.
Il a initié et codirigé en 1988 le Symposium Le Siècle Stanislavski au Centre Georges Pompidou.
Il a publié deux essais : L’épopée du ciel clair, de Lindberg à l’Airbus (Hachette littérature, 1991) et  Stanislavski – le roman théâtral du siècle, L’Entre-Temps, 1999. Fenia est son premier roman.


Bogdan


Fenia
Tableau de couverture:
Kasimir Malevitch, "L'homme qui court"


FENIA
OU L'ACTEUR ERRANT DANS UN SIÈCLE ÉGARÉ



Roman – récit
Parution 20 février 2018
968 pages (24 x 17 cm)
SBN : 978-2-8070-0146-6 (livre) –  978-2-8070-0147-3 (PDF) –  978-2-8070-0148-0 (ePub)
30,00 EUR


la fin de XIXe siècle, les Doukhobors, secte chrétienne communiste et pacifiste, sont persécutés par le tsar. Lev Tolstoï finance leur émigration vers le Canada, qu’organise son disciple Leopold Soulerjitski. Lors d’une escale, une fillette égarée d’un autre exode est adoptée par l’infirmière du bord et prend le nom de Fenia Koralnik.
Pour échapper aux pogroms qui se multiplient, nombre de juifs fuient l’Empire russe. Parmi eux, Jacob « Yankele » Adler, le Grand Aigle du théâtre yiddish d’Odessa, qui s’en ira aux États-Unis constituer le socle de ce qui deviendra le théâtre de Broadway.
Constantin Stanislavski et Vladimir Nemirovitch Dantchenko ont fondé le Théâtre d’Art de Moscou, au rayonnement international. Mais à théâtre nouveau, il faut un acteur nouveau, répondant à des exigences professionnelles autant qu’éthiques. Ainsi naît le Premier Studio, sous la houlette de Stanislavski et Soulerjitski. Une épopée fabuleuse pour ces jeunes studistes, au nombre desquels Fenia Koralnik. Ils vont connaître les prémices de la célébrité, traverser la révolution de 1905, la Première Guerre mondiale et la Révolution d’Octobre, accrochés à leur idéal. Les uns resteront en URSS et subiront la glaciation stalinienne ; les autres entrelaceront leurs errances, Constantinople, Berlin, Paris, Londres, Riga ou Prague, souvent à la limite de la misère. Plusieurs émigreront aux États-Unis, où, à travers l’American Theatre Lab, le Group Theatre et l’Actors Studio, ils donneront naissance au prototype de l’acteur moderne et formeront nombre de monstres sacrés du théâtre et de l’écran.
L’auteur, à travers le regard de Fenia, retrace le parcours erratique des plus importants, Jacob Adler et sa fille Stella, Richard Boleslavski, Michaël Chekhov, Maria Ouspenskaïa… Nous croisons et recroisons Maxime Gorki, Isadora et Lisa Duncan, Evgueni Vakhtangov, Vsevolod Meyerhold, Lénine et son Commissaire à la Culture Lounatcharski, Olga Tschekowa, star adulée par les dirigeants nazis et sans doute espionne de Staline, Louis Jouvet, Max Reinhardt, Lee Strasberg, Bobby Lewis, Lev Theremin, génial inventeur de la musique électronique et « hôte » du premier cercle du goulag, Elia Kazan, Yul Brynner, Marlon Brando, Marilyn Monroe et bien d’autres…
D’Odessa à Broadway et Hollywood, une traversée épique du siècle et des continents, une lecture, par cet Acteur Nouveau, d’un monde et de ses utopies devenues souvent cauchemars. Une saga passionnante ; enrichissante aussi, tant l’idéal de ces acteurs et pédagogues tranche sur les aspects égotique et commercial qui d'ordinaire nous sont seuls présentés.



Livraison gratuite en Europe



Vu le volume de l'ouvrage et les coûts exorbitants d'une livraison hors-Europe, nous sommes obliges de demander une contribution de 14,00 euros aux frais d'envoi





Extrait


Ils courent, ils courent les studistes ! Le matin, entraînement et exercices imaginés et développés par Soulerjitski, Vakhtangov et ceux qui veulent apporter leur pierre à l’édifice pédagogique. À midi, tous courent au Théâtre, à quelques centaines de mètres, pour les improvisations. Ils sautent souvent le déjeuner pour les répétitions des spectacles dans lesquels ils font de la figuration ou jouent de petits rôles. Et, le soir, ils participent ou assistent aux représentations. Mais ce qu’ils aiment par-dessus tout, c’est revenir dans « leur fantastique maison », la « maison de Souler », au chaud, entre eux. Alors, dès le spectacle achevé, souvent sans avoir fini de se démaquiller, ils enfilent un manteau par-dessus la tête et quittent la rue Kamergerski, où se trouve le Théâtre d’Art pour courir vers la rue Tverskaïa, fantômes de la nuit portés par leurs capes gonflées au vent d’hiver, sous les yeux ébahis des spectateurs qui sortent du Théâtre : « Ce sont des fous ! » entend-on sur leur passage. Un jour, un vieil homme lève les bras au ciel en leur demandant : « Mais par le diable, où courez-vous ?! » Et Evgueni Vakhtangov de répondre en haletant : « Je cours, je cours, vieux, où le diable me porte ! » Ils s’engouffrent au studio, bouclent la lourde porte, soufflent. Lida Deikoun a déjà préparé les butterbrod, canapés, avec du beurre, des œufs durs coupés en lamelles, des tranches de jambon ou de saucisse et des cornichons. Ils sirotent le thé brûlant en les avalant. Souler arrive, toujours gentiment râleur, à cause du retard, ou de telle petite chose qui lui déplaît. Et on se remet au travail, avec une énergie retrouvée, une confiance aveugle envers leur maître et guide. Souler s’assoit sur une chaise, une jambe repliée sous lui et, après quelques minutes, met le feu à leur imagination par des idées, des propositions d’exercices drôles ou sérieux, un foisonnement de couleurs et d’impulsions. Inépuisable, inénarrable. Eux se jettent dans le travail, oubliant le temps et le monde, s’efforçant de tenir à distance tout ce qui ne serait pas théâtre, avec cette foi brûlante en leur maître, dont ils sont convaincus qu’il les conduira, au travers de dédales encore mystérieux, vers de grandes découvertes. Ils sont gonflés d’orgueil et de passion, infatigables et patients, ivres d’audace comme les aventuriers d’un monde nouveau. Chaque jour est un nouveau défi et un nouveau passage initiatique. Stanislavski les a choisis et leur a fait confiance pour assurer la relève du Théâtre d’Art. Alors, quoi qu’il en coûte pour leur santé, il faut se montrer digne de cette confiance.



Ce qu'ils en ont dit



*
Il est en Belgique francophone un éditeur dont l'engagement est à la mesure des prises de risque auxquelles il n'hésite pas à se confronter: Gérard Adam est décidément de l'envergure de ceux-là qui, face à l'importance littéraire ou testimoniale d'un manuscrit , n'hésitent pas à en lancer la publication. La priorité, pour eux, est de rendre accessible ces ouvrages qui, par leur ambition, leur ampleur, leur sujet ne trouvent pas leur place dans une édition bridée par les (supposées) estimations de viabilité économique.
Il suffit de parcourir "FENIA", que l'éditeur vient de nous faire parvenir, et dont il nous a déjà avec enthousiasme raconté le parcours éditorial - menant à un volume de près de 1000 pages - pour se rendre compte de la nécessité de disposer d'un tel témoignage pour tous ceux qui seront curieux de suivre Lev Bogdan dans cette exploration d'un parcours hors norme à travers le siècle, le théâtre, donc le monde d'aujourd'hui pour paraphraser Zweig.
Ce livre mérite d'emblée de trouver sa place dans les bibliothèques de l'honnête homme, de tous ceux que le théâtre intéresse, qui l'enseignent, qui l'étudient ou qui le fréquentent.

Edmond Morrel, LIVRaisons (http://espacelivresedmondmorrel.blogspot.be)



*
Interview dans la revue "La Terrasse"
http://www.journal-laterrasse.fr/fenia-ou-lacteur-errant-dans-un-siecle-egare/

Homme de théâtre accompli qui dirigea des structures et festivals emblématiques en France et en Allemagne, très actif dans le domaine de l’enseignement de l’art de l’acteur, Lew Bogdan publie une saga captivante et remarquablement documentée, un roman-récit éclairant à la fois l’histoire du théâtre et celle d’un siècle tragique. D’Odessa à Broadway et Hollywood, de Constantin Stanislavski à Stella Adler, le voyage nous embarque dans une aventure palpitante tissée de multiples filiations. A lire absolument !
Qu’est-ce qui a motivé votre désir d’écrire une telle saga ?
Lew Bogdan : J’ai voulu remonter les fils d’une histoire foisonnante qui traverse le XXe siècle et plusieurs continents. Une histoire qui tisse de fascinantes filiations, et éclaire l’importance fondatrice du Théâtre d’Art russe. Je me souviens qu’à la fin des années 1970, j’avais réussi à faire venir Lee Strasberg et plusieurs de ses collaborateurs en Allemagne, lorsque je dirigeais le Théâtre de Bochum. Ce fut un événement national qui attira des centaines de comédiens. C’est Strasberg lui-même qui m’a dit que si je voulais comprendre son enseignement, je devais m’intéresser à Stanivlaski. Comme le remarquait Bernard Dort, Stanislavski a été en effet enterré sous son mythe. J’ai donc suivi le conseil de Strasberg. Puis, en 1988, j’ai co-dirigé au Centre Georges Pompidou un symposium international, Le siècle Stanislavski, qui a donné lieu à diverses publications, dont Stanislavski. Roman théâtral du siècle (Editions L’Entre-Temps), que j’ai publié l’année suivante, et à un film produit pour ARTE. Et j’ai organisé pendant une dizaine d’années au sein de l’Institut Européen de l’Acteur, que j’ai fondé, des séminaires avec de grands maîtres russes et américains, auxquels participaient des comédiens de toute l’Europe. C’est un ami qui m’a suggéré de raconter l’ensemble de l’histoire : la saga russe et la saga américaine. Ce fut l’étincelle qui me mit au travail…
« Le théâtre est un sismographe relié au temps présent. »
Comment avez-vous procédé ?
LB. : J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser ce livre, qui fait suite à quatre ans de préparation. J’ai conçu une perspective chronologique et réalisé un vaste collage qui rend compte de l’ensemble du puzzle et raconte une multiplicité d’histoires. Au fil du temps, j’ai accumulé une documentation très importante, 95% de ce qui est mentionné dans le roman est vrai. Le personnage de Fenia Koralnik traverse toute la saga. Fillette, elle se trouva mêlée à l’émigration de la secte des Doukhobors au Canada en 1899, financée par Lev Tolstoï et organisée par Léopold Soulerjitski, puis fit partie du Premier Studio fondé par Stanislavski et Dantchenko, à la recherche de formes théâtrales nouvelles et d’un acteur nouveau.
Quelle a été votre ambition en écrivant cette épopée ?
LB. : J’ai voulu montrer à quel point la vie des acteurs et la vie du théâtre sont en osmose avec leur environnement. Le théâtre est un sismographe relié au temps présent. Il n’y a pas de génération spontanée au théâtre. On ne peut pas comprendre le théâtre russe si on ne connaît pas la tourmente de son histoire – la Révolution de 1905, celle d’Octobre, le léninisme, le stalinisme, les guerres… -, ni le théâtre musical de Broadway si on ne connaît pas l’histoire du théâtre yiddish, dont une figure, Jacob Adler, le Grand Aigle du théâtre yiddish, émigra aux États-Unis pour fuir les pogroms. De nombreux artistes et pédagogues russes poursuivirent et firent évoluer en Amérique leur art et leur enseignement dédiés à l’acteur. Ce que j’ai voulu montrer aussi, c’est que les recherches esthétiques sont toujours complexes, nées de révoltes contre le monde ancien et aussi d’une reconstruction de ferments du passé, d’une synthèse de divers éléments qu’il est vraiment passionnant de décrypter.
Propos recueillis par Agnès Santi


*
Interview dans lva-infor.fr
https://www.va-infos.fr/2018/02/27/lew-bogdan-theatre-passionnement/

De passage à Valenciennes Lew Bogdan, ancien directeur de la scène nationale pendant 10 ans, revient sur la sortie de son nouveau livre. Son regard sur le monde artistique est empreint d’histoire. Dans son 1er roman, son héroïne traverse la naissance des enseignements contemporains du théâtre. Entretien avec un passionné du talent artistique quel qu’il soit, où qu’il soit !
Directeur du Phénix de 1999 à 2009, Lew Bogdan a fait un passage remarqué par l’Athènes du Nord venant conclure une carrière éclectique à plus d’un titre. Ce natif de Carmaux, dans le Tarn, a étudié le théâtre, la sociologie et l’ethnologie à Paris, tout en étant élève de l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, et en étudiant le piano, le violon… ! Après une étape riche en Afrique, il prend la direction du Festival Mondial du Théâtre de Nancy, fondé par Jack Lang pendant 10 ans où il a parcouru le monde pour trouver des talents méconnus, inconnus, improbables. Un parcours où il a eu également des responsabilités majeures comme la direction artistique du Schauspielhaus de Bochum, mais également comme Intendant général des Théâtres de Nuremberg « où je dirigeais 800 personnes avec 4 plateaux, on faisait les 3X8, le théâtre ne s’arrêtait jamais. A 30 ans, j’étais le plus jeune directeur d’un théâtre en Allemagne ». Enfin sur Valenciennes où il a laissé une empreinte indélébile dans la conduite artistique de cette scène nationale.
Aujourd’hui, Lew Bogdan vit à Berlin dont il ne se lasse pas de parler. « C’est un peu le New-York des années 70-80. Compte tenu de son histoire, Berlin a un formidable désir de liberté, un esprit de résistance dans une ville cosmopolite, un lieu artistique différent de Paris faisant plus de place à la création, aux auteurs, aux jeunes talents », explique-t-il.
Fenia n’est pas son 1er ouvrage. Dans les années 80, il a écrit la saga d’Airbus « L’épopée du ciel clair de Lindberg à Airbus
» (édité en 1991) « comme une saga européenne. Ensuite, mon deuxième livre concernait “Stanislavski – le roman théâtral du siècle”, un 3ème tiré du vécu du Festival mondial du Théâtre », et enfin son premier roman dont le personnage Fenia parcourt une vérité historique.
Toutefois, une tranche de vie est à mettre en exergue avant d’évoquer son 1er roman. Lew Bogdan a initié et codirigé en 1988 le Symposium international « Le Siècle Stanislavski » au Centre Georges Pompidou. Cette manifestation a rassemblé pour la 1ère fois les adeptes de la méthode d’interprétation théâtrale de Lee Strasberg, américain, consommé au célèbre Actor’s Studio, et celle de Constantin Sergueïevitch Stanislavski, homme de théâtre russe. « C’est la première fois que les courants de pensée, américain et russe, se rencontraient. Paris fut l’objet d’une grande réunion de famille, l’occasion de renouer les liens de la mémoire », souligne Lew Bogdan. Faut-il le rappeler, l’Allemagne nazie a poussé des artistes, intellectuels, acteurs etc. vers les États-Unis. Quant à la guerre froide, elle a clivé deux blocs « où un intellectuel parti de l’URSS ne pouvait même pas être cité dans un propos en Russie. La culture juive a été éradiquée par les Nazis avec la complicité de certains peuples européens. Cette période a amputé la culture européenne. Le départ de ces artistes fut une véritable saignée intellectuelle », souligne Lew Bogdan.
Lew Bogdan : « Ce roman est un hymne aux acteurs de théâtre et de cinéma »
Aujourd’hui, son 4ème livre vient de sortir officiellement le week-end dernier au Salon du Livre de Bruxelles. Dès la fin du XIXème, l’exil de nombreux artistes russes vers les États-Unis va bouleverser les codes et surtout mettre sur les rails au XXème le théâtre de Broadway et le non moins célèbre Actor’s Studio, la naissance d’un art théâtral nouveau. « Cet ouvrage est un assemblage de faits réels. Fénia Koralnik parcourt des vérités historiques avec une liberté fictionnelle », explique l’auteur.
Elle rencontre d’Odessa à Broadway en passant par Hollywood des figures du théâtre et du cinéma, des légendes telles que Jacob Adler, Maxime Gorki, Louis Jouvet, Max Reinhardt, Lee Strasberg, Bobby Lewis, Elia Kazan, Yul Brynner, Marlon Brando, Marilyn Monroe… !
Lew Bogdan résume son premier roman, cet incroyable éventail d’artistes :  « Le théâtre raconte le monde. C’est un hymne aux acteurs de théâtre et de cinéma ».
Ecrivain fécond, Lew Bogdan ne compte pas s’arrêter sur ce chemin de l’écriture. « Je voudrais écrire un livre sur les métiers du théâtre. Tous les décorateurs, techniciens etc. sont des artistes également ».
Pour conclure, l’auteur souhaite remercier son éditeur belge, M.E.O éditions à Bruxelles : « Gérard Adam est un mec assez fou, un type exceptionnel avec lequel j’ai réalisé un travail important pour sortir ce roman ».
Daniel Carlier, va-infos.fr


*
L’histoire des pogroms n’est pas récente et réveille en nous les heures les plus sombres de notre humanité. Dans la Russie ultra-orthodoxe du XIXe siècle, l’antisémitisme est monnaie courante et un nombre croissant de juifs décide de s’expatrier en Angleterre ou aux Etats-Unis. Parmi ces migrants, le grand Jacob Adler qui a fondé le fameux Théâtre de Broadway, Constantin Stanislawski et Vladimir Nemirovitch qui ont révolutionné le monde de la scène, ainsi que la jeune Fenia (future Koralnik) qui a fini adoptée par l’infirmière du cargo qui l’a vue quitter l’Europe. A travers le regard de cette gamine, Lew Bodgan retrace tout un pan de l’histoire du XXe siècle, en racontant l’ère pré-soviétique, la première guerre mondiale, la Révolution d’Octobre et les efforts consentis par des familles qui ont été amenées à tirer un trait sur leur passé pour vivre ailleurs. Au fil des pages, les noms célèbres s’égrènent : Max Reinhardt, Lee Strasberg, Louis Jouvet, Bobby Lewis, Lev Theremin, Elia Kazan, Yul Brynner, etc. D’Odessa à Hollywood, l’auteur nous convie à un voyage dans le temps et réveille en chaque lecteur des souvenirs lus, entendus ou découverts parfois totalement par hasard. En évitant la chronique froide, il insuffle à son récit une verve épique sans chute de rythme et dont les forces principales résident dans la justesse des descriptions et la volonté de ne jamais travestir la réalité. Mieux, il entraîne chacun dans un tourbillon qui le tire de la nuit noire. L’émotion est naturellement palpable et la beauté de l’écriture encourage celui qui s’est procuré cette épaisse brique à poursuivre la lecture jusqu’à la dernière page.

Sam Mas, Bruxelles Culture.


*
Europe dans le miroir du théâtre
Fenia, ou l’Acteur Errant dans un siècle égaré

L’Europe n’a cessé de se réinventer entre les champs de bataille, le théâtre, la littérature, les arts et les… bûchers.
Les 19e et 20e siècles ont été majeurs dans l’invention de la mise en scène, de la scénographie, du jeu de l’acteur. Les minorités et les régimes les plus dictatoriaux se sont servis abondamment de l’art théâtral pour libérer ou contraindre.
La représentation est devenue l’art suprême de la propagande ou de la vérité ! Le théâtre a été le prisme foudroyant d’un siècle tragique en quête de liberté.  Et le cinéma est né  alors (1895) relayant l’art du théâtre et le poussant au-delà des anciennes figurations : de nouveaux codes naissaient, une conscience de plus en plus fine du temps représenté et du temps vécu a vu le jour.
C’est cette fabuleuse histoire d’un art confronté aux moments les plus trafiques de notre histoire moderne que Lew Bogdan nous fait traverser au fil de près de mille pages du roman-récit  de Fenia, l’ »Acteur Errant dans un siècle égaré ».
Armand Gatti avait nommé son aventure théâtrale, « La parole errante », il en  avait publié l’histoire  en 1999 un épais volume et cet homme de théâtre de tous les fronts   rappelait que dans l’errance réside le fondement du théâtre.
Lew Bogdan creuse, dans une forme épique, cette fatalité de l’errance européenne du 20ème siècle, cette tragédie de l’errance aux millions de morts en y inscrivant la vertigineuse histoire d’un art qui s’inscrit le plus souvent sur cette « autre scène «  dont nous parle la psychanalyse, le religieux, le poétique et le politique.
Homme de théâtre, de culture et de direction d’Institutions prestigieuses (entre autres, le Festival Mondial du théâtre créée par Jack Lang…), Lew Bogdan nous livre une terrible odyssée, celle des artistes et intellectuels de la fin du 19èm et du 20ème siècle dans la poursuite d’une infinie recherche : « Comment représenter l’homme au cœur de l’Histoire ? »
Jean-Michel Palmier a publié une oeuvre immense à propos de ces errances artistiques, intellectuelles et politiques. La conscience d’une Mitteleuropa   qui deviendra le centre névralgique de toute aventure intellectuelle et artistique appartient alors à chacune et chacun, engagés dans la résistance aux implosions du Mal (nazisme, communisme, fascisme,..).
Lew Bogdan nous relie à une passionnante mine de références, d’histoires, d’anecdotes, de situations rocambolesques parfois dans cette errance européenne et souvent son émigration aux États-Unis dans la grande dispersion des peuples résultant des chocs apocalyptique des dictatures.
C’est ainsi,  et c’est un exemple parmi mille, que Stanislavski, metteur en scène de tant de poètes et principalement de Tchékhov, verra sa méthode de « construction du personnage » donner naissance au célèbre Actor’s Studio d’Hollywood. Toute l’histoire du théâtre russe, juif, allemand… se déplie dans le spectaculaire et captivant roman-récit de Lew Bogdan.
Il y a des œuvres qui marquent l’histoire d’un art, celle-ci sera sans nulle doute, une référence qui fera date et que les jeunes générations devront découvrir pour se relier aux  fragments d’une errance de près de deux mille cinq cents ans, celle du théâtre. 
Le théâtre et … ses perverses et magiques capacités de dévoration de la fable tragique de l’homme afin de (re)donner naissance à chaque époque à un art nouveau : celui d’un humain face à un autre humain qui le regarde jouer et voit en lui…tout autre chose.

PS : Si cette œuvre existe aujourd’hui, c’est grâce au travail exceptionnel de son éditeur, Gérard Adam (MEO Editions), indépendant et libre.

Daniel Simon, http://je-suis-un-lieu-commun-journal-de-daniel-simon.com


*
On reste en Russie, ou plutôt on en repart, avec le roman/récit Fenia, sous-titré « Ou l’acteur errant dans un siècle égaré ». Qui affiche un titre magnifique… à confirmer !
Un roman ? On connaît la propension de l’éditeur Gérard Adam à retenir des projets hors étiquettes (cf les romanouvelles d’Evelyne Wilwerth, la fausse étude historique More de Daniel Charneux, etc.) mais il bat ici tous ses records. Je m’extasiais il y a peu sur l’audace d’un Christian Lutz/Samsa Editions publiant les 500 pages du (faux) roman de Maxime Benoît-Jeannin. Témérité pulvérisée ici ! Près de 1000 pages ! Qui tiennent plus du récit que du roman.
De quoi s’agit-il ? On commence avec les heurs et malheurs d’une communauté pour le moins méconnue, les Doukhobors, dont l’Histoire « se perd dans les brumes du Moyen-Âge », secte (horrible mot, dénaturé quand il s’applique à des bienveillants) judéo-chrétienne ne reconnaissant pas la nature divine du Christ, pacifiste, végétarienne, influencée par la philosophie indienne, etc. On est à la fin du XIXe siècle, un tsar réformiste meurt assassiné et le sort des minorités bascule, débute une ère de pogroms, atroce, qui préfigure tant et tant l’apocalypse nazie. La focalisation glisse sur un groupe de personnages qui vont faire émerger le théâtre yiddish, se faufiler à travers les dérives incendiaires de l’Histoire pour, d’émigration/refuge en réinvention/adaptation ensemencer l’Europe puis le nouveau Monde, imposer un art nouveau du jeu, des planches aux écrans, qui donnera un jour, entre autres, l’Actor’s Studio mythique, soit le laboratoire d’où sont issus les James Dean, Marlon Brando, Marilyn Monroe, Elia Kazan, Paul Newman, Robert De Niro, etc.
Le fond du livre est prodigieux et on comprend la tentation de Gérard Adam de mettre à la disposition des lecteurs une telle somme, racontée par un témoin et acteur de l’épopée. On applaudira en sus son extraordinaire travail au service du livre. Quand il s’agissait d’éclaircir à coups de machette un livre aux allures de forêt amazonienne.
Mais. À l’impossible nul n’est tenu. J’ai beau être moi-même assimilé à un expert ès récits polyphoniques, opéresques, amples, complexes, je me trouve ici débordé, submergé. Amoureux de l’Histoire, je plonge avec avidité. Amoureux des histoires (savamment construites pour happer et retenir l’attention), je suis frustré et perplexe.
Mon reproche principal ? On ne vit pas les évènements extraordinaires, passionnants, bouleversants qui sont évoqués, ils sont restitués. Le recul est trop conséquent. Des Juifs, des Russes, des cinéphiles, des théâtromanes ou de purs historiens seront captivés par la matière, mais le lecteur moyen se trouvera embourbé par l’excès de détails, de noms, de digressions. Les pages 31 à 33 offrent une mise en abyme des forces et faiblesses du livre. En une page et demie, on voit apparaître et présenter… quatorze personnages : « les docteurs Nicolaï Zebarev et Andreï Bakounine (…) deux infirmières, Maria Satz et Halina Koralnik (…) », etc. Mais on découvre parallèlement la genèse du théâtre yiddish, « né dans les caves à vin de Roumanie, de Galicie et du Sud de la Russie où l’on se plaisait à chanter des balades populaires que l’on mimait à la manière de la Commedia dell’arte ». Le feu s’éteint, se rallume. Yoyo.
La lecture s’assimile selon moi à une traversée océane, on y croise des trésors d’informations de la meilleure eau (sic !) et on succombe un moment à l’envoûtement, on subit un effroyable tangage à d’autres, le mal de mer terrasse. Bref, à déconseiller aux apôtres du cabotage littéraire et à proposer aux adeptes du Grand Large !
Je vais quant à moi poursuivre la lecture à mon rythme, pour son fond (abyssal), mais préfère en parler déjà car j’aurai terminé… dans plusieurs mois. Et tant pis si mes conclusions sont modifiées dans 100 ou 500 pages.

Philippe Remy-Wilkin, Les Belles Phrases






Bouton
Retour au catalogue